Futures tendances de l’habitat

En matière de logement, la propriété n’a rien perdu de son attrait auprès de la génération Y. Il apparaît cependant que les nouvelles formes d’habitat suscitent un intérêt de plus en plus grand. Nous en présentons ici deux formes.


Dans une étude, nous avons interrogé la population suisse afin de savoir ce qu’elle pensait des nouvelles formes d’habitat, tels que les appartement « cluster ». Environ 60 % des personnes interrogées trouvent le thème de l’« avenir de l’habitat » très intéressant.


Mais à quoi ressemble l’avenir de l’habitat ? De plus de en plus de personnes habitant dans les villes, l’espace de vie va se raréfier avant tout dans les régions urbaines. Ce défi pousse les urbanistes et les architectes à faire preuve de créativité. Depuis quelque temps déjà, on construit des appartements plus petits. Mais de combien d’espace a-t-on réellement besoin pour vivre ? Des enquêtes menées par de grands chercheurs en tendances, telle que Oona Strathem, ont montré qu’une grande superficie ne suffit pas à la qualité de vie. Les gens ont envie d'échanger avec des personnes partageant les mêmes idées. Il n’est donc pas étonnant de voir de nouvelles formes d’habitat, comme les appartements cluster, rencontrer un succès grandissant.


De nouvelles constructions, tels que les projets Kalkbreite à Zurich ou Cluster-Haus dans le quartier Gundeli de Bâle montrent qu’il est tout à fait possible de vivre en cohabitation sans renoncer au luxe. Les appartement cluster sont conçus de manière à ce que chaque occupant ait une pièce pour se retirer, cet espace étant généralement doté d'une salle de bain privative. Les appartements disposent de vastes salles de séjour et à manger. Les espaces utilisés en commun sont valorisés par des zones de rencontre comme des cafés, des ateliers, des clubs de sport ou des spas.


Une autre tendance porte le nom de « Co-Living ». Le « co-living » fonctionne comme une colocation classique, à la différence qu’ici, les gens qui habitent ensemble n'ont pas simplement besoin d'un toit au-dessus de leur tête. Le « co-living » ressemble davantage à une équipe de bureau qui habiterait ensemble. Cette forme d’habitat ne s’est pas encore véritablement établie en Suisse, même si dans notre pays, des collègues de travail habitent certainement déjà ensemble. Mais l'objectif du « co-living » ne consiste pas simplement à habiter avec des personnes partageant les mêmes idées, il s’agit davantage d'une sorte de « pépinière » pour le travail créatif.


Ce sont là deux tendances qui se profilent, mais plusieurs années devraient encore s'écouler avant que ces modes de vie ne séduisent le grand public. Ce qui devient de plus en plus important, c’est qu’à l’avenir, l’habitat sera plus pragmatique, écologique, économique et durable, et ce à différents niveaux. Les frontières entre le travail, le sommeil, les repas et les loisirs vont continuer à s’estomper et les pièces vont devenir des lieux de rencontre multifonctionnels.