Habitat intergénérationnel – better together !

Dans notre vie, posséder son « chez-soi » reste essentiel. Mais la manière de vivre ensemble, elle, évolue. Nous avons rencontré l’architecte zurichois Simon Langenegger et discuté avec lui de « l’habitat intergénérationnel », une solution d'avenir.


En milieu d’année, nous avions déjà abordé le thème des formes d’habitation novatrices. Nous nous intéressons aujourd’hui à l’une d’entre elles en particulier, à savoir l’habitat intergénérationnel dont l’importance ne cesse de croître. Cette forme du vivre ensemble est très différente de la vie dans les immeubles classiques : dans les logements intergénérationnels, l’accent est mis sur la mixité de l’âge des habitants tandis que les unités résidentielles sont elles aussi différentes des appartements classiques puisqu’elles sont agencées de manière à ce que des personnes seules ou des couples puissent y vivre confortablement.



Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? « Dans cette forme d’habitation, l'importance des échanges sociaux joue un rôle de premier plan », explique ainsi l’architecte Simon Langenegger qui a conçu et réalisé avec son équipé le complexe immobilier Obstgarten situé à Gattikon. « Nous avons donc essayé de créer le maximum de lieux de rencontre à l’intérieur de l’immeuble. »  Outre des appartements privés, le bâtiment abrite donc différents espaces offrant aux habitants la possibilité de se retrouver et de se rencontrer au quotidien. «Nous avons conçu les unités résidentielles de l’Obstgarten de Gattikon dans des dimensions plus restreintes, ce qui ne signifie pas que les habitants doivent pour autant renoncer au confort ! La cuisine en est l’illustration parfaite. Nous avons délibérément réduit son équipement au maximum : il y a un plan de cuisson, un réfrigérateur/congélateur, un petit lave-vaisselle et même un petit four », explique l’architecte. « Une cuisine comme celle-ci prend peu de place et suffit amplement au quotidien pour une à deux personnes. En effet, l’immeuble intergénérationnel Obstgarten abrite également une cuisine commune aux dimensions généreuses avec salon et salle à manger pour les grandes occasions, ou pour cuisiner et manger avec les autres habitants. »




Pourquoi construire de cette manière ? « Notre société vieillit, les ménages d'une personne sont de plus en plus nombreux et la densification limite l’espace disponible pour les appartements spacieux – cela est avant tout vrai dans les zones urbaines de Suisse », répond Simon Langenegger. « L’habitat intergénérationnel permet de repenser la question du logement. » Les habitants disposent à la fois de suffisamment d’espace pour se retirer s’ils le souhaitent et d’un réseau social sur lequel ils peuvent compter. « Cette forme d’habitat est également une option attrayante pour nombre de membres âgés dans notre société afin de repousser de quelques années l’entrée en maison de retraite. Avec le soutien des voisins plus jeunes, ils peuvent en effet rester autonomes plus longtemps. » Et comment cette offre est-elle accueillie sur le marché de l’immobilier ? L’architecte répond en souriant : « Dans le lotissement Obstgarten, des appartements classiques ont été mis sur le marché en même temps que ceux de l’immeuble intergénérationnel. Nous avons été surpris de voir que l’intérêt était nettement plus grand pour ce dernier – les logements sont partis comme des petits pains ! »



Nous avons hâte de savoir comment cette évolution va se poursuivre et nous vous montrerons prochainement les habitants de l’immeuble intergénérationnel Obstgarten de Gattikon en train de pendre la crémaillère de leur cuisine commune !